McDonald Spey Valley – pas pour les clowns

Le parcours McDonald Spey Valley est situé assez près d’Inverness, le long de la principale route la reliant à Edimbourg. C’est un parcours de type Links, où le vent peut jouer un fort rôle.

L’écosse est la terre du golf. Le jeu y est très populaire et pratiqué par toutes les classes de la population. Il est assez raisonnable de penser que tous les écossais ont, un jour ou l’autre, tapé dans une balle avec un club. La température y est très agréable en été, souvent à l’abri de nos canicules habituelles. On s’inquiète parfois de la météo : s’il est fort probable que vous preniez quelques gouttes à un moment ou à un autre, les averses y sont généralement courtes et n’empêchent pas la pratique du golf. Alors, l’été prochain, vous partez en Ecosse ? Vous ne savez pas où jouer ? Suivez le guide 🙂

Le parcours

 

Vous trouverez le parcours au bout d’un petit chemin pris à l’entrée d’un lotissement. Mais ne vous inquiétez pas, on pourra vous l’indiquer à l’accueil du gigantesque centre McDonald Resort tout proche.

Joliment dessiné, le parcours a un type Links assez prononcé, tout en s’inscrivant dans une zone boisée. On a la saveur du links et l’esthétique d’un parcours de forêt.

Concernant le parcours lui-même, il se résumera assez simplement en un mot : rough. En effet, sous ses airs de ne pas y toucher, le parcours s’avère assez étroit par endroit et le rough bien souvent mortel.

On a pu distinguer différentes zones de rough, au fur et à mesure qu’on s’éloigne des fairways. Tout d’abord, une première zone d’herbe épaisse et drue. On a déjà affaire à un bon rough qui freinera fortement le club et demandera de l’énergie pour en sortir. La seconde bande de rough est étonnamment plus facile à jouer : très sèche, peu herbeuse avec quelques grandes tiges clairsemées… Ici, rien ne s’oppose à des coups de récupération de bonne qualité. Attention à sa variante, sur certains trous, ou aux abords des départs et greens : les mêmes tiges hautes sont présentes en végétation serrée et épaisse. Il sera alors quasiment impossible d’en sortir. On a ensuite une troisième zone de rough, constituées de mousses et d’herbes serrées. Là encore, la sortie ne sera pas du tout évidente, le club étant happé par la végétation. Et enfin, la quatrième zone de rough est presque exclusivement composée de buissons épineux dans lesquels on ne retrouvera bien souvent pas sa balle – sans même parler de la jouer.

Bref, ce parcours nous a donné l’occasion de tirer une leçon essentielle concernant le rough sur ce type de parcours. Vous retrouverez ce conseil absolument essentiel dans la conclusion, plus bas. Il devrait vous permettre de vous en sortir et de gérer avec facilité cette difficulté.

Pour le reste, le parcours est intéressant, avec quelques trous durs à déchiffrer, ou des trous à options : jouer court pour éviter un obstacle mais avoir un long second coup, ou tenter le coup sur l’obstacle difficile, mais avoir ensuite un coup très facile.

Les pentes du parcours nous ont semblé plutôt aller dans le sens du jeu et rarement pénaliser un coup.

Les greens étaient très lents le jour de notre venue, mais il faut reconnaître que de forts orages avaient eu lieu la nuit précédente, ce qui doit jouer. On peut en fait constater que le terrain est très bien drainé, car il ne restait que quelques flaques éparses d’un terrible épisode orageux.

De jolis aménagements en bois récents montrent que le parcours est entretenu. Pourtant, les fairways nous ont semblé un peu abîmés.

Le Club-House

Le Club House est situé dans une maison d’un modernisme classique. Un assez petit pro-shop laisse une grande place à la vie de club.

On a ici un vrai practice, chose suffisamment rare pour être signalée.

Attention, le parcours se déroulant pour l’essentiel en une grande boucle loin du club house, il n’y a pas de toilettes ni de ravitaillement d’eau possible.

On remarque un grand classique des parcours écossais : les poubelles avec couvercle pour que les ordures ne s’envolent pas.

Notre Avis

Le parcours alterne des trous longs et d’autres tortueux. Le vent peut jouer un rôle d’un trou à l’autre, car il parvient à souffler assez fort, malgré la présence de forêt.

L’entretien des fairways nous a semblé un peu en-dessous pour un parcours de cette classe.

Vous l’aurez compris, la principale difficulté nous a paru se situer dans les roughs. Et dans ce genre de situation, nous aurons donc un important conseil pour gérer cela en grande simplicité et s’éviter de nombreux coups perdus : restez sur les fairways 🙂

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *