PalmGolf Ourika – la mer de sable

Le PalmGolf Marrakech Ourika (généralement dénommé simplement Ourika – car il y a plusieurs golfs utilisant le mot Palm) est l’un des golfs très en vue de Marrakech – même s’il en est plus éloigné de quelques kilomètres.

Le Maroc est l’une des destinations golfique privilégiée des européens. Météo clémente, absence de décalage horaire, vols low cost, vie peu chère… et globalement francophone. Pas étonnant que de nombreuses personnes y passent une retraite agréable 🙂

Marrakech est la principale destination pour le golf. Ce sont pas moins de treize parcours de golf qui ont poussé autour de la ville – la plupart au cours de la dernière décennie. Quels sont les parcours les plus intéressants ? Les plus accueillants ? PlanetFairway vous guide.

Le parcours

Le parcours est doté d’un très bon entretien. Les zones irriguées se détachent nettement des zones sèches (on se demande d’ailleurs comment les jardiniers parviennent à réaliser des départs aussi “rectangulaires” avec un système d’irrigation qui doit forcément être plus circulaire 🙂 ).

Les greens sont diaboliques : très roulants, avec de nombreuses pentes pas toujours prononcées… On a cite fait de prendre 3-putts et d’alourdir notablement la facture.

Ce n’est pas la seule difficulté du parcours : de nombreux trous demandent une mise en jeu assez longue pour passer les mers de sable séparant les tee-box du fairway. Les joueurs les plus courts devront peut-être prudemment partir de tees avancés.

C’est d’autant plus vrai que certains trous sont assez longs : si on veut avoir un deuxième coup raisonnable, il peut aussi être nécessaire de prendre un départ avancé. Et ne comptez pas sur approche-putt pour vous refaire : avec ces greens, vous vous en sortez déjà bien si vous faites 2 putts.

Bref, vous l’aurez compris, Ourika est un golf exigeant. Son tracé ne comporte pas beaucoup de surprises, car on se bat déjà avec ces difficultés. Mais il y a quand même quelques bijoux : des coups à jouer au-dessus de l’eau pour attraper des greens qui paraissent soudain minuscules. On se prend à rêver des professionnels capables d’y arrêter une balle à 160 mètres…

On retient aussi ces splendide PAR3 en île, intégralement entouré d’une mer de sable. Quel plaisir quand la balle reste sur le green !

Heureusement, les zones de sable et différents obstacles sont très jouables. Le trou n’est pas perdu dès qu’on s’y égare, on peut au contraire se battre pour arracher un bogey salvateur. Dans le même esprit, on a apprécié la ceinture de sable qui protège certains obstacles d’eau. On peut ainsi sauver une balle qui viendrait rouler et mourir dans l’eau, tout en punissant les ratés trop importants. C’est un bon dosage que l’on trouve sur ce parcours : des difficultés, mais toujours un moyen de s’en sortir.

Le système GPS des voiturettes est très complet et permet de se repérer en permanence sur les trous, avec fiabilité. On regrette juste un peu que l’option “Pro Tips” qui doit permettre de donner des conseils techniques sur chaque trou ne soit pas utilisée, il suffit probablement de la remplir.

Le practice est également très agréable. L’esthétique désertique avec ses oasis de verdure à chaque drapeau est très réussie.

Le Club-House

Essentiellement orienté vers son (bon) restaurant, la partie pro-shop est minimaliste mais suffisante. Les vestiaires, bien que pas très grands, sont très bien entretenus. Petite curiosité : les casiers sont situés à l’extérieur. On sent bien que le climat est plutôt sympa.

Des toilettes sont situés sur trois trous, la propreté allant de “correct” à “passable”.

Notre Avis

Comme il a été dit, Ourika est un parcours de très bon niveau. Beau et bien entretenu, il est assez exigeant. Sa longueur et ses obstacles lui donnent de la difficulté, mais il est rarement éliminatoire : on peut presque toujours revenir dans la partie. Cela permet aux joueurs confirmés comme aux plus débutants de trouver leur bonheur sur le parcours. Pour certains, sauver un double-bogey sera parfois un bon résultat…

Les greens restent le point crucial : il faudra rapidement trouver la bonne vitesse et la bonne lecture de pente sous peine de se faire assassiner 🙂

 

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *