Riviera Maya – luxueux

Le Mexique est une terre golfique américaine. Les joueurs des USA y viennent souvent comme destination “low cost”. La région du Yucatant est particulièrement prisée des touristes, car elle est très développée et sécure.
On remarque bien l’influence de cette clientèle américaine dans la qualité du service : nos amis ricains sont souvent prêts à payer plus cher pour avoir quelque chose de top.

Cela se traduit par une approche “all inclusive” : green fee, practice, voiturettes, eau et glacière, ravitaillement en cours de parcours par une petite voiturette-cariole qui s’assure qu’il ne vous faut pas un coca ou une bière glacée par cette chaleur…

Le Riviera Maya, proche de Tulum, ne fait pas exception. On est là dans un golf qui serait qualifié de luxueux en Europe. Sa situation géographique l’intègre parfaitement dans un voyage de découverte de la région.

Rien que la porte d’entrée, ça en jette !

 

Le parcours

L’entretien est vraiment splendide. Fairways moelleux, greens au cordeau, plantations entretenues…

Bon, concernant les roughs, on vous recommande de ne pas trop aller y chercher votre balle, présence de crocodiles oblige ! Mais ne flippez pas, si vous ne les titillez pas, ils ne vous attaqueront pas 🙂

L’eau est très présente, sur de nombreux trous. On a même la chance de pouvoir observer un cénote naturel qui a été intégré au parcours.

Toi aussi, instruit toi grâce à PlanetFairway : Les cénotes (du maya dz’onot signifiant puits sacré, via l’espagnol cenote) sont des gouffres ou avens ou dolines d’effondrement, en milieu karstique, totalement ou partiellement remplis d’une couche superficielle d’eau douce et parfois d’une couche inférieure d’eau de mer s’ils communiquent avec l’océan par des failles ou autres conduits.

On a d’ailleurs regretté de ne pas avoir notre maillot de bain pour se plonger dans cette eau limpide, dont le fond était parsemé de balles (à n’en pas douter des proV1)…

La vie sauvage est également bien représentée, comme souvent sur les golfs. En effet, ceux-ci constituent des havres de paix et de végétation pour les espèces locales. Encore un argument à opposer aux écologistes qui critiquent 🙂

L’animal le plus souvent rencontré est le coati. Probablement un ignoble rongeur parasite, qui est largement sauvé par sa petit bouille toute mignonne.

Toi aussi, instruit toi grâce à PlanetFairway : Coati est un nom vernaculaire ambigu désignant en français certains petits mammifères de la famille des Procyonidae. Ils sont donc proches notamment des ratons laveurs. Ce nom désigne plusieurs espèces qui vivent toutes en Amérique du Sud, en Amérique centrale, et au Mexique.

On sent à leur comportement qu’ils rencontrent deux types d’humains : les touristes qui les trouvent trop mignons et doivent probablement leur donner des friandises, et d’autre part les locaux, qui les trouvent pénibles et doivent probablement leur donner des coups de pieds…

 

Le Club-House

A l’échelle de l’ensemble de l’hotel, très luxueux, avec des vestiaires confortables. On peut accéder librement au practice avant le parcours, avec petites pyramides de balles.

Notre avis

Le Riviera Maya est une très bonne manière de goûter au monde du golf “haut de gamme” pour un prix bien plus modique que ceux auxquels nous sommes habitués. Le top reste quand même la petite voiturette qui vient vous ravitailler en cours de route, boissons et nourriture à volonté.

Le parcours est superbement entretenu, on sent que la zone est humide et que cela facilite une belle herbe bien verte.

 

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *